La chaise de travail ergonomique : l’art de choisir

Choisir sa chaise de travail n’est pas une tâche facile. Une foule d’éléments doivent être pris en compte, dont le coût. Toutefois, ne laissez pas le prix nuire à votre confort. Pensez-y : lorsque vous faites l’achat d’un matelas, vous désirez investir dans celui qui vous apportera confort et support pour vos nuits. Pourquoi ne pas prendre alors la même approche pour votre fauteuil de travail? Puisque vous passerez vos journées complètes de travail (environ 8 heures / jour) assis sur cette chaise, vous devez penser aux différents ajustements offerts pour vous permettre de faire le meilleur choix qui sera bénéfique à long terme pour votre corps et votre santé.

Hauteur du siège :

Pour la majorité des chaises de travail, il est possible d’ajuster la hauteur du siège. Lorsque vous ajustez la hauteur, vos pieds devraient être posés bien à plat et vos cuisses parallèles au sol. Si vos cuisses sont inclinées vers le bas, cela pourrait nuire à la circulation du sang dans vos jambes. Ajuster son fauteuil à la bonne hauteur fera une différence marquée à votre façon de travailler et votre confort sera grandement amélioré.

Profondeur du siège :

Toutes les chaises de travail ne possèdent pas cet ajustement, mais il demeure un mécanisme essentiel. La profondeur du siège devrait être appropriée selon la longueur de vos jambes. Pour ajuster correctement, placez deux doigts derrière vos genoux; si la profondeur est bonne, il devrait y avoir tout juste assez d’espace pour ceux-ci. De cette façon, le poids de votre corps sera réparti également, ce qui vous offrira un confort supplémentaire. Plus important encore, une profondeur de siège bien ajustée permettra à votre dos d’être mieux supporté.

Hauteur des appuie-bras :

Bien que les appuie-bras ne soient pas essentiels pour tous, ceux-ci devraient être ajustables en hauteur plutôt que fixes. Ils devraient être en mesure de descendre le plus bas possible de façon à vous permettre d’y déposer vos coudes lorsque vous mettez les mains sur vos cuisses. Les appuie-bras devraient aussi être relativement souples sur le dessus afin de prévenir une trop grande pression directe sur les nerfs passant par le coude.
Support lombaire : Pour identifier la présence d’un support lombaire, on doit détecter une courbe dans le dossier ou un mécanisme à l’intérieur de celui-ci. Le dossier doit être en mesure de monter ou de descendre afin que sa courbe vienne combler le creux des reins, ce qui réduira la tension supportée par votre dos. Aussi, lorsqu’un support lombaire est intégré, il est possible d’augmenter ou de réduire sa profondeur. Ainsi, il pourra s’ajuster à la forme de votre dos et votre chaise de travail n’en sera que plus confortable.

Mécanisme multifonction :

Ce mécanisme est le roi des ajustements. Il est recommandé d’éviter les chaises qui ne se bloquent que dans une seule position, car elles limitent le mouvement. Tout au long de la journée, notre corps a besoin de bouger pour favoriser la circulation sanguine et pour accroître le confort. Une chaise bloquée à une seule position peut créer de la fatigue musculaire et mettre de la pression sur les disques intervertébraux. Recherchez une chaise qui permet un blocage à plusieurs positions pour vous permettre de bouger tout au long de la journée.

Essayer la bonne chaise de travail, c’est l’adopter!

Lorsque vous aurez trouvé une chaise de travail ergonomique qui vous convient, n’hésitez pas à vous y asseoir pendant plusieurs minutes, en imitant les gestes que vous poserez à votre bureau. Pour ce faire, MAB Profil met une salle de montre à votre disposition où vous retrouverez plusieurs modèles, venez essayer!

Références :
Entrac – Guide d’évaluation pour l’achat de nouvelles chaises
Humanscale – Adam Labelle, ergonome associé